Un historique de la Chronique alpine

 

La Chronique alpine est le premier maillon d'une chaîne d'information signalant succinctement une ascension, un itinéraire, une exploration et autres performances d'alpinisme dans les revues... Viendra ensuite la description précise des itinéraires dans ces mêmes revues par un rapport des auteurs et les avis éventuels d'autres répétiteurs, pour aboutir au guide-itinéraire exhaustif réunissant les différentes connaissances consacrées à un massif de montagnes ou à une chaîne de montagne...
Ces manuels complets accessibles à tous seront les éléments de base de l'information, jusqu'à l'arrivée d'Internet...

 

  • La Chronique alpine, regard porté sur l'activité des alpinistes sera aussi, à un certain moment, une tribune où se manifestera un esprit critique beaucoup plus appuyé, en cherchant à peser dans les orientations de cette discipline...

 

Sommaire :

 

- Un siècle d'informations >

- 1913 - Une véritable chronique >

- 1926 - La création de la revue Alpinisme >

- 1930 - La rubrique "Information" >

- Les comptes rendus de l'été >

- 1952 - Réapparition de la "Chronique alpine" >

- 1968 - Les premières les plus remarquables >

- 1977 - Une contribution unique >

- Des observations importantes >

- 1980 - Faire vivre cette chronique >

- En guise de conclusion  >

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Un siècle d'informations

 

  • Le 15 janvier 1905 paraît le premier numéro de La Montagne, revue mensuelle du Club Alpin Français. Dans son éditorial, le rédacteur en chef Maurice Paillon fixe le cadre rédactionnel de la revue et évoque une « Chronique alpine » comprenant les explorations nouvelles et les renseignements sur l'état de la montagne.
  •  

La nouvelle publication prenait la succession de l'« Annuaire du Club Alpin Français » créé en 1874 qui se voulait le reflet fidèle de l'orientation « savante, touristique et mondaine » de l'association...

 

  • Dès ce premier numéro, la « Chronique alpine » compte parmi les principales rubriques de la revue, c'est un moyen d'information destiné aux pratiquants de la montagne. Elle renseigne sur les explorations et les ascensions notoires, rend compte de l'activité des alpinistes et publie les différents avertissements pratiques.

 

1913 - Une véritable chronique

 

En novembre 1913, une première véritable Chronique alpine est publiée dans La Montagne montrant que les choses bougent, les rédacteurs en sont Jean Escarra, Maurice Paillon et Jacques Wehrlin.

 

L'activité des Chevalier, Damesme, Jacquemart, Job, Le Bec, Lépiney et autre Wehrlin constituant le « Groupe des Rochassiers » est soulignée, ce sont les futurs fondateurs du « Groupe de Haute Montagne ».

 

Ne passe pas inaperçu « l'admirable campagne » de Paul Preuss dans le versant italien du Mont Blanc, ainsi que les ascensions de Hans Pfann et de Karl Blodig par l'arête du Brouillard de cette même montagne, des relations traduites des revues des Clubs Alpins Allemand et Autrichien.

 

 Le chroniqueur commence à aller chercher l'information et s'autorise quelques remarques et commentaires.

 

Avec la communication de Pierre Blanc, "guide de première classe" de Bonneval-sur-Arc, c'est un premier regard qui est porté hors d'Europe avec le compte-rendu d'une tentative d'ascension du Kamet en Himalaya, à plus de 7150m, pour Blanc et "son anglais" Charles Meade.

 

En 1925, tout s'accélère 

 

  • En 1925, tout s'accélère, la chronique s'étoffe un peu, mais ses colonnes ne sont pas proportionnées au besoin d'information et à l'activité des grimpeurs.

 

Le GHM décide de créer un « Annuaire » qui doit constituer « un répertoire des informations relatives tant à l'activité du groupe qu'à l'activité de ses membres, et plus généralement encore de tous les renseignements concernant l'alpinisme ». En réunissant les descriptions des itinéraires nouveaux, dès 1926 ce recueil venait judicieusement compléter les informations de la Chronique alpine.

 

  • En 1925 à 1946, une série guides-itinéraires « décrivant la haute montagne » , concernant le massif du Mont Blanc, est publiée par le GHM dans la collection des guides Vallot. C'est la phase ultime de l'information alpine, initiée par une Chronique alpine ( Voir le dossier : Les guides itinéraires pour l'alpinisme ).

 

1926 - La création de la revue Alpinisme

 

  • En 1926, une revue de qualité - réservée exclusivement à l'alpinisme - se présente. Dès la première année, une chronique alpine paraît dans Alpinisme avec comme titre : Informations, un paragraphe est consacré aux expéditions hors d'Europe...

 

  • En octobre 1930 apparaît dans La Montagne un nouveau chroniqueur, il a juste vingt ans, « notre camarade a bien voulu nous aider à compléter les renseignements que nous possédons sur les principales grandes ascensions réalisées cet été et c'est à ses notes personnelles que nous avons fait appel principalement ». Aussitôt les informations arrivent concises et précises. C'est Lucien Devies qui va ajouter beaucoup de passion à une grande rigueur et une capacité de travail époustouflante.

 

1930 - La rubrique « Information »

 

  • Durant les « légendaires années trente » la rubrique « Information » est d'une qualité et d'une pertinence sans égale, ceci au prix d'une correspondance acharnée.

 

Pour les vingt années à venir le principal de l'information alpine se trouve dans la rubrique « Information » de la revue « Alpinisme » sous la plume de Lucien Devies.

 

  • En 1936, Devies publie ses « propositions pour une graduation des difficultés dans les Alpes Occidentales ». Le sujet provoquera une belle polémique, mais ce dernier saura finalement imposer ses vues permettant de « passer du vague au défini ».

 

  • Avec une indication précise des difficultés, établie par comparaison avec des difficultés connues, c'est le dernier élément d'information utile à la Chronique alpine qui est proposée.

 

L'histoire de l'alpinisme  

                            

<  En 1939, Lucien Devies fait paraître dans la revue Alpinisme l'article « Alpinisme et nationalité ». Certains - beaucoup plus tard - tenteront d'en détourner les propos à des fins d'édition... ( La polémique de l'Eiger - La chronique alpine - Un siècle d'information - La Montagne & Alpinisme n°4/2004 ).

 

<  En 1941, il publie dans la même revue « Les débuts de l'alpinisme sans guide français ».

 

Deux contributions à l'histoire de l'alpinisme...

 

Les comptes rendus de l'été

 

  • En 1945, dans les pages de la revue La Montagne, une synthèse de l'activité alpine est proposée toujours par Lucien Devies « L'alpinisme français de 1939 à 1944 », un résumé de l'activité alpine de ces années difficiles. Ensuite la mémoire sera conservée par des « Comptes rendus annuels de l'été dans les Alpes », c'est l'occasion de valoriser une certaine conception de l'alpinisme, de proposer un modèle de pratique.

 

  • Dès 1946, les premiers guides-itinéraires d'une nouvelle série décrivant, dans une unité de présentation, les massifs du Mont Blanc et des Ecrins sont édités, les Guides Vallot des éditions Arthaud ( Voir le dossier : Les guides itinéraires pour l'alpinisme ).

 

1952 - Réapparition de la « Chronique alpine »

 

Jusqu'en 1952, le principal de l'information alpine continue de se trouver dans la rubrique « Information » de la revue « Alpinisme » sous la plume de Lucien Devies.

 

Le titre « Chronique alpine » réapparaît en 1952, mais curieusement dans « Alpinisme », exit « Informations ».

 

Avec Jean Cousy, Lucien Devies va trouver un précieux collaborateur partageant sa ferveur et sa passion, ils seront en 1952 les co-rédacteurs de la Chronique alpine de la revue Alpinisme.

En février 1955, c'est la fusion des deux titres « La Montagne » et « Alpinisme » pour « La Montagne & Alpinisme »...

 

Une légitime fierté

 

La légitime fierté de celui qui a tenu à bout de bras la revue « Alpinisme » pendant 25 ans est exprimée dans le dernier éditorial de la revue du GHM :

« Témoignage des alpinistes les plus entreprenants "Alpinisme" est conscient d'avoir valablement exprimé pendant 29 ans l'alpinisme français et même l'alpinisme dans le monde entier. Il est convaincu d'avoir été pour les grimpeurs français, l'inspirateur d'une action consciente, à la fois équilibrée et audacieuse ».

 

  • C'est un des rares satisfecit que l'on trouvera de la main de Lucien Devies concernant son immense travail...

 

Une influence reconnue

 

  • Nous n'omettrons pas d'ajouter les commentaires de la revue de l'« Alpine Climbing Group », association qui réunit les meilleurs alpinistes britanniques :

 

« L'influence de la revue "Alpinisme" sur l'alpinisme français a été indéniable et capitale. Elle a aussi certainement encouragé les progrès rapides et le développement de l'alpinisme en général...

Une influence qui s'est fait sentir dans de nombreux pays étrangers.

Il n'est pas exagéré de dire que l'Alpine Climbing Group a été constitué dans une large mesure sous l'impulsion directe de cette revue. "Alpinisme" nous a donné une image franche de l'alpinisme de l'après-guerre.

Elle nous a permis un aperçu sur les méthodes d'ascension contemporaines une image réelle et sans préjugés ; elle nous a démontré que l'alpinisme est un sport raisonnable et non fanatique et nous a incité à essayer des ascensions similaires.

Les Alpes ayant ainsi été mises à notre portée, plusieurs parmi nous avaient été amenés à former le club ».

 

La chronique alpine de « La Montagne & Alpinisme »

 

 En février 1955, avec la fusion des deux titres « La Montagne » et « Alpinisme », la Chronique alpine trouve naturellement sa place dans « La Montagne & Alpinisme », avec Jean Cousy qui assurera seul la rédaction de la chronique. Mais en 1958, il est victime d'une chute de pierres durant une ascension. Au-delà de l'alpiniste décidé et entreprenant et du drame familial, c'est pour Devies celui qui représentait l'avenir...

 

Un nouveau cavalier seul

 

Dès le numéro suivant Lucien Devies reprend son cavalier seul.

Celui qui a été l'un des acteurs les plus actifs de l'alpinisme sportif des années trente, et tout en restant l'observateur attentif des évolutions, va chercher à peser dans les orientations de notre discipline.

 

Une tribune où se manifestera un esprit critique

 

  • En 1958, changement important, la Chronique alpine, regard porté sur l'activité des alpinistes, va devenir peu à peu une tribune où se manifestera un esprit critique beaucoup plus appuyé, et va chercher à peser dans les orientations de cette discipline.

 

Les prises de positions concerneront le suréquipement des voies d'escalade, la limitation des moyens techniques dans les ascensions, l'opposition aux refuges-bivouacs dans les itinéraires, et aussi la propreté de l'espace montagnard et le refus des moyens héliportés dans l'approche des ascensions.

 

1968 - Les premières les plus remarquables

 

  • Au printemps 1968, devant le grand nombre d'information concernant la Chronique alpine, il va falloir trier : « Il faut faire des choix rigoureux. Tenir compte du fait mondial de l'alpinisme... Nous retenons les premières les plus remarquables soit pour leur élégance et leur difficulté soit pour leur aptitude à devenir classiques ».

 

  • En ces années-là, la chronique ne passera pas à côté des progrès décisifs dans le matériel, ils vont permettre des progrès gigantesques...

 

1977 - Une contribution unique

 

  • En 1977, Devies abandonne la rédaction de la Chronique alpine en acceptant de passer la main... ( Voir le dossier : Un historique de la FFCAM 1941 à 1974).

 

Jean-Paul Zuanon a bien souligné une contribution unique : « Sous son impulsion, la Chronique alpine ne s'est pas limitée pas à une simple mémoire. Elle a contribué à diffuser une certaine image d'un alpinisme pur et propre, riche de certaines valeurs morales auxquelles quelques décennies plus tard nous ne pouvons qu'adhérer et que la revue du Club entend continuer à défendre ».

 

Des observations importantes

 

  • Henri Agresti assurera un moment, en 1978 et 79, la rédaction de ces pages d'information. Un temps suffisant pour mettre en exergue quelques observations importantes sur les évolutions du moment.

 

  • Enfin est évoquée, pour tenir compte des progrès accomplis par les grimpeurs, l'ouverture de l'échelle des difficultés Welzenbach, en ajoutant aux six degrés traditionnels... L'escalade sportive viendra plus tard faire exploser le curseur.

 

1980 - Faire vivre cette chronique

 

En 1980, la Chronique alpine est reprise par Claude Deck qui la conservera jusqu'en 2015. La chronique continuera à se construire, en essayant d'observer les changements et les progrès des alpinistes et autres ascensionnistes dans le monde.

 

Peu à peu, une nombreuse presse spécialisée va fournir une abondance d'informations et de commentaires. La Chronique alpine qui disposait jadis d'une presque exclusivité se trouvera sérieusement concurrencée.

 

  • Le développement de la fréquentation des montagnes, celui du courrier électronique et la pertinence des nouveaux médias nous conduiront peu à peu vers une chronique des seuls événements choisis et événements marquants, en insistant sur les grands axes des évolutions :

 

<  L'avènement de l'escalade sportive


<  L'autonomie de la cordée et le recours à la technique alpine pour envisager une ascension himalayenne.


<  La prise en compte de l'environnement.

 

En guise de conclusion

 

Le développement du courrier électronique et du portage de l'écrit par les moyens informatiques laissent aisément prévoir d'autres évolutions dans la transmission et la diffusion de l'information alpine.

 

Gageons que notre Chronique alpine devra beaucoup savoir s'adapter pour continuer - en citant notre éminent prédécesseur - « à répondre à l'intérêt que beaucoup d'alpinistes portent à l'activité des autres comme s'il s'agissait de membres de sa famille ».

 

CONSULTATION

 

L'ensemble des textes concernant l'histoire de la FFCAM et des autres dossiers proposés sont consultables au Centre national de documentation de la FFCAM - 24, avenue de Laumière, 75019 Paris.

Notamment :

- Bulletins du CAF, de 1876 à 1904.
- Annuaires du CAF, de 1875 à 1904.
- La Montagne, de 1905 à 1954.
- Alpinisme, de 1925 à 1954.
- La Montagne & Alpinisme, depuis 1955.
- Les Annales du GHM de 1955 à 2001 et Cimes de 2002 à aujourd'hui.

 

Consultation de l'ensemble des livres constituant la bibliothèque de la FFCAM ; tous référencés.

 

CONSULTATION EN LIGNE


Vous pouvez consulter en ligne le catalogue du CND avec un accès aux références pour l'ensemble des articles des revues et pour les livres.

Il suffit de saisir un mot caractéristique ou un des mots-clés d'un ouvrage recherché, dans l'un des champs appropriés ( auteur, titre, sujet, année d'édition ) et vous aurez accès aux références de votre recherche.

Consultation en ligne de la revue Alpinisme numérisée sur le site du GHM.

Consultation des revues de la FFCAM numérisées en préparation, certains ouvrages sont déjà accessibles sur des sites extérieurs.